Pensées


Victoires de la Musique 28/02/2004 – Cri du cœur de Valérie Lagrange


© photo France 2
écouter le discours
Le profit, ce monstre insensible et cruel, est devenu la valeur phare sur notre planète. Il est en train de faire régresser notre dignité d’êtres humains vers la barbarie. Il génère de plus en plus de détresse, de misère, d’injustice et de haine à travers le monde au profit d’une minorité qui, elle, s’enrichit outrageusement chaque jour.
On préfère nous laisser croire que le problème crucial aujourd’hui en France est de porter le voile ou non à l’école, alors que chaque jour de nouveaux plans sociaux, qu’on a eu le cynisme absolu de qualifier de dégraissages, sont vécus, à tort, comme une fatalité par ceux qui n’ont pas à les subir, et qu’un million d’enfants, rien qu’en France, vivent sous le seuil de la pauvreté.
  Il semblerait que nos dirigeants aient oublié que le désespoir et la frustration des gens ne peuvent être contenus indéfiniment par la répression ou l’indifférence. Le mécontentement profond est comme l’eau : on peut le contenir par des barrages artificiels, mais le jour où la pression devient trop forte, les barrages cèdent, même les plus puissants.

Quand on ne respecte pas l’humain, l’histoire a toujours montré qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’il vous respecte.
Je nous en supplie, réveillons-nous.

Ceci est un cri du cœur et rien d’autre.



A Ian, grâce à qui j'ai appris
"sur le tas" que la seule
vraie révolution que l'homme
devra faire s'il veut stopper le
processus d'auto-destruction
qu'il a déclenché, est la
réalisation (rendre réelle)
et la mise en pratique de la
compassion pour lui-même
et pour l'autre : chercher à
comprendre l'autre, savoir se
mettre "à la place" de l'autre,
souffrir avec l'autre et de ce fait
transcender cet égoïsme
archaïque qui est la source
empoisonnée de toute
l'inconséquence, de toute la
cruauté et de toute la barbarie
qu'il a en lui depuis la nuit
des temps ...

Valérie Lagrange - 1998



© www.valerielagrange.com